Publié par

Et vous, vous êtes plutôt glamping ou gamping ?

L’hôtellerie de plein-air à l’assaut de formules innovantes

De nouveaux termes anglo-saxons apparaissent régulièrement dans la langue française, et pas uniquement dans le domaine (privilégié question vocabulaire) des nouvelles technologies. L’hôtellerie de plein-air n’échappe elle non plus pas à la règle !

camping_tente_dessin

Le terme « camping », lui-même emprunté à l’anglais, est depuis longtemps rentré dans le vocabulaire courant – qui plus est à l’approche des beaux jours.

Mais se sont ajoutés ces dernières années deux variations de ce premier apport, à savoir :

  • Le Glamping
  • Le Gamping

Derrière ces termes un brin mystérieux de prime abord se cachent comme souvent l’alliance de deux mots.
Devinez-vous lesquels ?

  1. Le Glamping

Contraction et fusion des mots « Glamour » et « Camping », le terme Glamping est, selon les sources, apparu soit en 2005 au Royaume-Uni, soit en 2007 aux Etats-Unis.

Comme l’explique Wikipédia, même si le terme est récent, le concept, lui, est plus ancien. On observe en effet son apparition aux alentours du 16ème siècle en Asie mineure comme en Europe.

Mais de quel concept parle-t-on au juste ?
Qu’est-ce que le « glamping » ?

  • Kézako ?

Il s’agit avant tout d’un style de camping proposant aménagements et équipements « comme à la maison« .
Ceci pour rendre votre séjour tout aussi confortable, sinon plus.

glamping_confort_in_bungalow

L’eau courante ou l’électricité n’ont rien d’exceptionnel, tout comme marcher sur un vrai plancher ou avoir à portée de main accès wifi et toute la technologie usuelle actuelle.

Mais alors « quel intérêt de partir au plein air si c’est pour retrouver les mêmes choses que chez soi ? », me direz-vous.
Où sont l’aventure, l’authenticité, la saine distance d’avec ce qui fait notre quotidien à l’année ?

D’abord, il s’agit ici de rompre avec son quotidien, ou en tout cas une partie. Mais pas nécessairement avec ses habitudes… et encore moins avec le confort de son chez-soi.
C’est même tout l’intérêt du glamping !

Nature et confort ne sont ici pas contradictoires, mais au contraire se complètent pour sublimer une expérience de vacances.

Ceci via deux aspects :

  • Un mode d’hébergement en général insolite (yourte, tipi, roulotte haut-de-gamme, écolodge, …),
  • Un certain niveau de confort (literie, restauration, sanitaires) que tous les campings ne proposent pas.

hébergement glamping

Un certain « luxe » donc, assumé par une communauté plutôt connectée, un brin écolo et même bourgeois-bohème. Mais pas uniquement !

Il n’est pas rare de croiser sur ces sites des familles à la recherche d’une expérience originale proposant en parallèle des équipements rendant leur séjour plus facile, plus agréable.

Après tout, les vacances sont faites pour se détendre, non ?

  • In Fine

Les « glampeurs » sont ainsi très loin du camping sauvage ou à la ferme …sauf si vous leur y proposez les services et équipements attendus d’un hôtel.
Vous serez alors totalement en phase avec ce nouveau type de clientèle.

Ce qui a ainsi commencé au 16ème siècle, puis s’est développé par les safaris d’Afrique (20ème) pourrait alors fort bien passer par votre propre terrain.

Si tel était le cas, soyez certain que nos modèles de chambre d’hôtes s’accordent avec les attentes des glampeurs !

De toute taille, de tout style, avec ou sans sauna, libres à vous d’y apporter l’équipement et l’aménagement de votre choix.

Chambre d'hôtes gîtes glamping gamping Nordic Bungalow

  1. Le Gamping

gamping_camping_in_garden

Une lettre en moins, et un monde de différence !
Ou presque.

Cette contraction et fusion des mots « Garden » (jardin) et « Camping » diffère en effet de son collègue glamour en termes de concept.Le lieu en lui-même est la plupart du temps diamétralement opposé. Fini le lieu en pleine nature sans aucun voisin (si ce n’est parfois un autre glampeur).

Lorsque vous « gampez », vous passez la nuit …dans un jardin (vous l’aviez deviné). Jardin qui peut d’ailleurs être le vôtre : certains l’ont fait et ont trouvé l’expérience « enrichissante » et « ludique » particulièrement en famille.

Ainsi, les gampeurs campent (ou serait-ce plutôt gampent ?) dans les jardins de particuliers, en profitant des équipements mis à disposition par ces derniers. C’est donc aussi l’occasion d’échanger entre locaux (propriétaires) et vacanciers (locataires) sur ce qui est à voir, à faire dans la région.

Au-delà de l’aspect lucratif/bon marché, il s’agit donc de rencontres et de partages, comme le montre ces reportages d’Arte ou d’Envoyé Spécial sur le phénomène.

  • Un hébergement pratique pour des revenus complémentaires ?

gamping camping in garden

Côté propriétaire, cette activité reste légale dans la limite de 90 jours par an. Au-delà, il faudra basculer officiellement en professionnel de l’hôtellerie. Le jardin, lui, « ne peut pas accueillir plus de 6 tentes ou camping-cars et héberger plus de 20 personnes au total ».

Même si l’idée de confort est présente dans ce concept, elle est clairement différente de celle du glamping.

Chez les gampeurs, l’authenticité prime, avec bien sûr un budget moins important à débourser.
Les tentes dans le jardin ne sont donc pas une surprise, mais des hébergements en dur sont également proposés par certains propriétaires.

Si l’idée d’accueillir des touristes sur votre terrain, et de partager avec eux certains de vos équipements ne vous rebute pas, alors bienvenue dans la communauté !

Sachez enfin que pécuniairement parlant, cette activité peut vous permettre de gagner 1 500 à 3 000 euros / an.

Ce qui signifie concrètement que votre investissement dans un bungalow propre à héberger des gens de passage sera rapidement rentabilisé !

  1. Verdict

De quel concept vous sentez-vous finalement le plus proche ?
Êtes-vous plutôt glamping ou gamping ?

verdict

Chacun a ses avantages et ce sont probablement les goûts et les couleurs qui vous feront aimer l’un plus que l’autre. Et puis l’un n’empêche aucunement l’autre après tout.

Une chose est sûre quoiqu’il en soit : ces deux concepts sont représentatifs d’une nouvelle manière de concevoir le voyage, l’hébergement et la rencontre.

Moins de tracas, davantage de confort, tout en bénéficiant d’un cadre, de charme, d’authenticité…

Un tout que nous appelons de nos vœux pour une plus grande diversité d’hébergements et donc d’expériences.

C’est à ce titre que nous, Nordic Bungalow, nous tenons humblement à votre disposition – que ce soit via notre catalogue ou pour toute demande de projet sur-mesure.

Bons voyages et belles rencontres !

Nordic Bungalow projects guesthouse gazebo pavilion wooden cabin for glamping and gamping

Publié par

6 manières de mieux appréhender le télétravail dans votre bureau de jardin

Des sandwiches prêts à être dévorés, le journal du matin ou le fil d’actualité de votre réseau social préféré sous la main… Ces distractions du quotidien sont connues de beaucoup d’entre nous !
Heureusement, il existe un certain nombre d’astuces pouvant vous aider à garder un haut niveau de productivité dans votre cabinet de travail.

Style Lounge 44 S

  1. Définissez des horaires de travail fixes

Mettez en place des plages horaires précises dédiées à votre travail, et respectez-les aussi longtemps que nécessaire.
Planifiez votre semaine de travail à venir à l’avance. Cela vous aidera à vous discipliner et à assurer un temps de travail plus productif.

Clock

  1. Enfilez un vêtement de travail

Porter des vêtements « de travail » quand on est chez soi peut paraître inutile ; qui pourrait bien vous voir pour y trouver à redire ?
Bien que l’idée de porter un pyjama H24 est tout à fait plaisante, nous vous le déconseillons. Loin de nous la volonté de faire les rabat-joie, mais cela ne vous sera d’aucune aide, au contraire !
Ceci n’aurait comme effet que de vous laisser dans une semi-torpeur qui ne vous sera d’aucun service dans l’accomplissement des tâches que vous vous étiez fixées.

Ne comprenez pas qu’il faille forcément enfiler un costume-cravate (particulièrement si vous n’en portez jamais sur vos lieux de travail extérieurs).
Néanmoins, enfiler une tenue appropriée pour la journée incitera votre cerveau (par un ordre subconscient) à passer en mode « travail ».
Notez d’ailleurs que, comme le montrent plusieurs études (ici et ), le choix des vêtements adéquats augmente drastiquement la confiance en soi et notre degré d’énergie. Qu’on se le dise !

Pour le travail en atelier, vous avez probablement déjà votre propre matériel et tenue. Nous n’irons donc pas vérifier si vous réalisez vos travaux manuels en pyjama ou non ?.

Range of shirts

  1. Sortez les fauteurs de troubles

Évitez tout sabotage de votre envie de vous mettre au travail en vous débarrassant de chaque appareil qui nuirait à votre concentration.

TV : dehors.
Radio : éteinte ou à bas volume selon le type de tâches que vous êtes en train d’effectuer.
Tablette : en avez-vous vraiment besoin ?
Frigo : pourquoi répondre à ce mail, alors qu’un délicieux sandwich m’attend à portée de siège à roulettes ?
Procrastination : ne fera que retarder ce pour quoi vous vous êtes réveillé ce matin.
Distraction : dehors avec tout le reste mentionné plus haut.

Trashed TV

  1. Aménagez votre bureau dans une seule pièce

Votre cabinet de travail doit idéalement rester un endroit bien précis, et celui-ci seulement.
Alterner entre le canapé, la cuisine, le lit et le bureau a quelque chose de varié et sympa de premier abord.
Mais vous aurez vite fait de mélanger les deux, à un point où vie privée et travail se mélangeront tellement que ce dernier viendra gâcher votre temps libre.
Réservez donc l’endroit que vous aurez retenu au traitement de vos tâches, et aucun autre.

Par ailleurs, et si vous en avez la possibilité, réservez toute une pièce comme bureau.
Un espace de travail bien délimité permet une meilleure concentration. Celui-ci est continuellement en stand-by, et vous pourrez reprendre votre travail dans le calme là où vous l’avez laissé.
Passer d’un espace dédié au travail à votre maison ou à une activité de plein air se fera ainsi facilement et plus agréablement.

3D render

  1. Sortez de votre maison tout ce qui est lié au bureau

Si vous habitez en maison et avez de la place dans votre jardin, vous pouvez y installer une petite maison supplémentaire à un prix raisonnable.
Compact, il s’avérera parfait comme mini-cabinet de travail, et libèrera votre habitation principale d’un espace utile, où trop d’écrans nuisent aujourd’hui au bien-être quotidien à la maison.

Si l’envie vous en prend, vous pourrez également utiliser ce petit bungalow extérieur comme espace de rangement/stockage supplémentaire.
A vrai dire, le jardin aménagé d’aujourd’hui ne remplit pas uniquement les fonctions de cabane à outils, garage ou même de salle de sport, mais aussi celle de l’hébergement qui, une fois équipé, est proposé en location sur internet.

Moving

  1. Changez vos méthodes de travail (et de pause)

Un bureau de jardin ne signifie pas rester assis continuellement devant son écran d’ordinateur, ou penché sur une machine-outil. Faites en sorte que ce votre journée soit entrecoupée de pauses hors-les-murs (même en bois). Faites une promenade, pourquoi pas des étirements ou même un footing. Ou appelez ce vieil ami, depuis le temps que vous repoussez le coup de fil !
Aussi vrais que les pauses sont saines pour le corps et l’esprit, elles peuvent aussi être source d’inspiration. Newton n’a-t-il pas profiter d’un jour où « d’humeur contemplative, il était assis dans son jardin » pour découvrir la théorie de la gravitation universelle ?
Cette importante différence finalement d’avec votre job habituel est que vous avez ici la possibilité de vous aérer l’esprit parmi la végétation. Avec tout ce dont vous avez besoin à portée de vos bras.

Taking a stroll out

Par ailleurs, et selon la nature de votre travail, il peut s’avérer pertinent d’écrire sur papier (à l’ancienne !), de feuilleter des magasines, lire un livre, ou simplement de rassembler ses pensées dans son fauteuil pour ramener son cerveau à la réflexion.
Travailler de son cabinet de travail a ses avantages ; utilisez-les à bon escient.

Working_alternatives

Pour conclure, une journée fructueuse dans son bureau de jardin dépend de démarches intelligentes et d’une discipline certaine. Travailler depuis un tel environnement contribue certainement à notre efficacité. Mais il peut aussi rebuter certaines personnes pour qui l’environnement d’entreprise est nécessaire pour déclencher l’attitude et l’envie de travail. Au contraire d’autres qui puiseront dans la nature environnante ce qui nourrit leur envie.

Par quelles techniques devriez-vous commencer ? Expérimentez ! Testez !
Vous saurez que vous aurez fait le bon choix lorsqu’un sentiment d’accomplissement vous envahira.

Office

Publié par

Abris de jardin : les bons réflexes avant de se lancer

Vous projetez d’installer un abri de jardin chez vous, mais vous n’êtes pas sûr·e des conditions à respecter ?
Afin de rendre votre projet plus facile d’approche, voici quelques conseils de pré-achat afin d’éviter les mauvaises surprises.

viilkatusega-aiamaja

Les bases

Même si cela peut paraître évident, rappelons dès maintenant les points suivants :

  • Assurez-vous dans un premier temps de l’espace et du volume réellement disponible sur votre terrain.
    En effet, si l’installation de la dalle béton vous oblige à abattre des arbres centenaires ou à vous priver d’un potager rentable et non-déplaçable, peut-être devriez-vous revoir à la baisse vos envies de bungalow XXL,
  • Outre les frais liés à la pose de la dalle, pensez bien à garder une marge pour ceux concernant le montage du bungalow choisi (si tant est que vous décidiez de ne pas le monter par vos propres moyens).
    Il se peut que nous ayons des contacts de monteurs dans votre région, n’hésitez donc pas pas à nous demander.
  • Chaque nouvelle installation, quelque soit sa taille, requiert une autorisation des services de la mairie dont dépend le terrain où vous prévoyez de monter votre bungalow.
  • Si vous prévoyez d’acheter un abri de jardin d’une superficie >5 m² et d’une hauteur >1.80 m, celui-ci sera soumis à la taxe d’aménagement (voir plus bas).

Les cas les plus communs

A ce sujet et comme vous le savez probablement déjà, il existe en France deux cas de figure :

  1. Soit votre choix se porte sur un abri <20 m², et vous n’aurez qu’une déclaration préalable à remplir,
  2. Soit vous optez pour un abri ≥20 m², et vous devrez faire une demande de permis de construire.

Dans les deux cas, le plus simple et le plus sûr est de contacter le service urbanisme de la commune liée à votre projet.

Votre contact privilégié : le service urbanisme de votre mairie

Celui-ci saura vous expliquer :

  • Si vous devez dès lors passer par une procédure de déclaration préalable ou de permis de construire
  • Quels formulaires sont alors à remplir
  • Le mode calcul de la taxe d’aménagement et vous donner son montant.

La taxe d’aménagement

Votée en 2010, appliquée progressivement depuis 2012 et non-remise en cause depuis, on l’appelle aussi communément « taxe cabane » ou « taxe abris de jardin ». Elle consiste en une somme forfaitaire à verser dès lors qu’on érige une annexe fixe (abri, cabane, garage, carport…) dans son jardin.

  • Les montants en 2019

Hors Île-de-France : 753€/m²
Île-de-France : 854€/m²

  • Le mode de calcul

([Surface taxable] x [valeur forfaitaire] x [taux fixé par la commune])
+
([Surface taxable] x [valeur forfaitaire] x [taux fixé par le département])

calculatrice_icône

  • Exemple

Soit pour un abri de jardin de 19 m² situé hors Île-de-France:

Valeur foncière pour 19 m² en 2019 : 19 x 753 € = 14 307 €
Valeur foncière après abattement* de 50% : 14 307 / 2 = 7 153.50 €

…dans une commune taxant à hauteur de 1% :
Part communale 1% : 7 153.50 € x 1% = 71.54 €

…et un département taxant à hauteur de 2.5% :
Part départementale 2.5% : 7 153.50 € x 2.5% = 178.84 €

Total taxe d’aménagement à payer = 71.54 € + 178.84 € = 250.38 €

A tout rappel utile:

  • la taxe ne s’applique qu’une seule fois, sur toute surface de plus 5 m² et de plus de 1,80 m sous plafond
  • *l’abattement de 50% n’est appliqué qu’aux 100 premiers m² seulement.
    Comme le rappelle Le Monde : « si vous avez déjà une maison de 100 m² ou plus, la taxe sur votre abri coûtera deux fois plus cher ! »
  • Une part régionale existe mais ne concerne que l’Île-de-France, et son taux ne peut excéder 1 %
  • La part départementale varie de 0 à 2.5%
  • La part communale se situe entre 1 et 5%
  • Le paiement vous sera demandé 12 mois après le dépôt de votre déclaration préalable (ou permis de construire) en mairie, si la somme est inférieure à 1 500€
  • Si le total s’avère supérieur ou égal à 1500 €, le versement sera demandé en deux fois, aux 12ème et 24ème mois.

Permis de construire

L’Etat a mis en ligne ce simulateur pour aider le public à calculer, mais quoiqu’il arrive, n’hésitez pas à vous présenter à l’urbanisme avec les plans et vues du modèle que vous avez en tête. Que ce soit sur papier ou sur tablette. Cela permettra de rendre l’échange le plus concret possible. Et faciliter d’autant plus l’intercompréhension et donc vos démarches !

Si vous ne pouvez pas vous déplacer, demandez à la mairie les coordonnées de son service urbanisme. Communiquez-leur ensuite ces mêmes plans et vues (un lien internet vers le modèle que vous avez en tête suffit). C’est avec ces données en main qu’ils sauront vous aiguiller sur la bonne procédure.

Ces quelques démarches font partie de tout nouveau projet de construction. Même si elles peuvent vous paraître fastidieuses, ne les mésestimez pas !
Elles permettent en effet d’appréhender au plus près la réalisation de votre projet, et donc de préparer dans les meilleurs conditions l’arrivée de votre nouveau bungalow !